• Films des Possibles

    Les films des possibles : entrées gratuites 

    et aussi des films pour les enfants...  https://www.kewl.fr/img/coloriage-cinema-5.png  

    Programmation du samedi 17 septembre ( grande salle du palais des congrès)

     

    14h30-15h20 : Anaïs s'en va t'en guerre Marion Gervais

    Anaïs a 24 ans. Elle vit seule dans une petite maison au milieu d’un champ en Bretagne. Rien ne l’arrête. Ni l’administration, ni les professeurs misogynes, ni le tracteur en panne, ni les caprices du temps, ni demain ne lui font peur.

    En accord avec ses convictions profondes, portée par son rêve de toujours: celui de devenir agricultrice et de faire pousser des plantes aromatiques et médicinales. Seule contre tous (ou presque). Peu lui importe. Sous l’œil bienveillant du célèbre chef cuisinier Olivier Roellinger, Anaïs avance. Elle sait qu’elle gagnera…

    Ce portrait a ému les réseaux sociaux et déclenché un élan massif de solidarité. Confrontée à la dure réalité du monde agricole, la jeune femme attachante et pugnace séduit la France toute entière et finit par rassembler autour de sa cause plus d’un demi million de personnes envers et contre tous.

    Une formidable leçon de vie qui n’a pas fini de servir d’exemple à toutes les générations. Anaïs sème le bio et en récolte le succès !

     

    15h30-16h15 : Les serviteurs du sol Léo Lebovici

    16 h 15 : Débat de 30 mn avec le réalisateur Léo Lebovici, Fabien Rabin et Sylvain Houlier

    A travers les parcours croisés d'un jardinier (Philippe Forrer), de deux ingénieurs agronomes (Lydia et Claude Bourguignon) et une ferme maraîchère école (La ferme du bec Hellouin), se dessine de manière concrète cette agriculture d'aujourd'hui et de demain. Une agriculture qui préserve la Terre et l'Homme. L'enjeu de ce film porte sur la restauration, le soin et l'enrichissement du sol, acteur vivant, berceau de notre alimentation et de notre humanité.

     

    17h00-18h00  : Internet la pollution cachée Coline Tison et Laurent Lichtenstein

    18h00 : Débat animé par Vincent Thareau (On loge à pieds)

    Aujourd'hui, 247 milliards de mails transitent chaque jour par la toile. Quelle énergie le permet ? Propre en apparence, le monde virtuel est en réalité aussi polluant qu'énergivore. Si Internet était un pays, il serait le cinquième consommateur mondial d'électricité. Mais ses besoins, immenses, se heurtent à la diminution des ressources énergétiques. Voyage dans les «datacenters», usines de stockage qui fonctionnent jour et nuit, centres névralgiques de la prochaine guerre de l'économie numérique. « Internet, c’est avant tout une infrastructure de réseaux lourde, ce sont des millions de kilomètres de cuivre, de fibre optique. » rappelle Jean-Luc Vuillemin, directeur réseau chez Orange.
    Certains grands groupes, comme Google ou Apple, ont réagi en construisant de nouveaux centres, utilisant des énergies renouvelables. La Toile pourrait-elle être, à l'inverse, à l'origine d'une troisième révolution industrielle ?

    Le film part de l’histoire de Rebecca et de son double numérique. Cette petite fille qui vient de naître a déjà une identité virtuelle. Fil rouge du documentaire, elle incarne ce début de XXIe siècle qui a vu Internet envahir nos vies : la moindre de nos activités, comme payer nos impôts, acheter un livre, commander des fleurs, est numérisée, informatisée et circule via le réseau.

     

    Programmation du dimanche 18 septembre ( salle du théâtre du palais des congrès)

     

    14h30-15 h 50 :Le dernier continent Vincent Lapize 

    15 h 50: Débat en présence du réalisateur

     Tourné entre le printemps 2012 et le printemps 2014, Le Dernier Continent propose un regard subjectif sur l’expérience politique vécue par les opposants au projet de l’Aéroport Grand-Ouest sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

    La ZAD, c’est 2000 hectares de forêts et de prairies appelés « Zone à Défendre » par ceux qui y vivent et « Zone d’Aménagement Différé » par l’État et les promoteurs. Plusieurs centaines de personnes y partagent un quotidien et luttent ensemble « contre l’aéroport et son monde ».

    Ils sont d’anciens habitants, des paysans, des sympathisants, des constructeurs, des combattants et des activistes. Ensemble, ils inventent des modes d’organisation collectifs et horizontaux pour dépasser la simple opposition au projet d’aéroport et mettre en place des modes de vie en cohérence avec leurs valeurs.

    Au travers des réussites et des impasses, l’expérience politique se réinvente chaque jour. Les militants transforment ainsi la ZAD par leur pratique de l’utopie, et la ZAD les transforme en retour.

     

    16h55-18h25 : En quête de sens Marc de la Ménardière et Nathanaël Coste

    Difficile de mettre En Quête de Sens dans une case cinématographique définie... Ni un film environnemental, ni un film de voyage, ni réellement fiction, ni totalement documentaire, incarné mais pas intimiste, ce film ressemble au road-movie d’une génération désabusée à la recherche de sagesse et de bon sens. En rapprochant les messages d’un biologiste cellulaire, d’un jardinier urbain, d’un chamane itinérant ou encore d’une cantatrice présidente d’ONG, Marc et Nathanaël nous interrogent, nous et notre vision du monde au travers de leur propre remise en question.

    Ce film est l'histoire de deux amis d’enfance qui ont décidé de tout quitter pour aller questionner la marche du monde. Leur voyage initiatique sur plusieurs continents est une invitation à reconsidérer notre rapport à la nature, au bonheur et au sens de la vie.

     

     

    FILMS POUR ENFANTS (petite salle du théâtre du palais des congrès)

     

    Programmation du samedi 17 septembre

     

    15h00 : Les contes pour animaux (6-12 ans) Lucinda CLUTTERBUCK

    La louve, le rhinocéros, le serpent à sonnette, la grenouille, le requin, le gorille et le tigre de Tasmanie. Huit animaux en voie de disparition, racontés avec poésie verbale autant que visuelle dans autant de courts métrages d’animation montés les uns à la suite des autres. 

    16h30 : Les contes célestes (2-5 ans)  David GAUTIER et Irène IBORRA RIZO

    Chacun des épisodes de cette série est un petit conte plein de fantaisie qui montre aux enfants le monde dans lequel nous habitons, avec le désir d’éveiller son sens de l’écologie. A chaque fois, l’horizon change : l’océan, une ville très peuplée, des sommets enneigés, le désert… L’idée est de parler du monde aux enfants en profitant de la force narrative des images avec la touche de fantaisie indispensable à leur plaisir et à l’essor de leur imaginaire. 

     

    17h30 : Les contes pour animaux (6-12 ans) Lucinda CLUTTERBUCK  

    La louve, le rhinocéros, le serpent à sonnette, la grenouille, le requin, le gorille et le tigre de Tasmanie. Huit animaux en voie de disparition, racontés avec poésie verbale autant que visuelle dans autant de courts métrages d’animation montés les uns à la suite des autres. 

     

    Programmation du dimanche 18 septembre

     

    15 h 00-16 h 10 : Les contes pour animaux (Courts métrages 6 – 12 ans)  Lucinda CLUTTERBUCK

    La louve, le rhinocéros, le serpent à sonnette, la grenouille, le requin, le gorille et le tigre de Tasmanie. Huit animaux en voie de disparition, racontés avec poésie verbale autant que visuelle dans autant de courts métrages d’animation montés les uns à la suite des autres.

    16 h 00 : Mia et le Migou (Long métrage à partir de 3 ans) Jacques-Rémy GIRERD

    Mia est une fillette d'à peine dix ans. Alertée par un pressentiment, elle décide de quitter son village natal quelque part en Amérique du Sud pour partir à la recherche de son père. Ce dernier travaille sur un chantier gigantesque visant à transformer une forêt tropicale en complexe hôtelier de luxe. La route est longue pour retrouver son papa. Mia doit franchir une lointaine montagne entourée d'une forêt énigmatique et peuplée d'êtres mystérieux...

     

    17 h 40 :  Les contes célestes (Courts métrages 2 ans – 5 ans/ 6 X 3 mn) David GAUTIER et Irène IBORRA RIZO

    Chacun des épisodes de cette série est un petit conte plein de fantaisie qui montre aux enfants le monde dans lequel nous habitons, avec le désir d’éveiller son sens de l’écologie. A chaque fois, l’horizon change : l’océan, une ville très peuplée, des sommets enneigés, le désert… L’idée est de parler du monde aux enfants en profitant de la force narrative des images avec la touche de fantaisie indispensable à leur plaisir et à l’essor de leur imaginaire.